Quels fruits dois-je avoir dans mon jardin?

Délicieux! Des fruits frais et sucrés de ton propre jardin! On en raffole tous. Mais quel arbre fruitier choisir? Le nombre d'arbres fruitiers locaux est énorme et il y a aussi des fruits exotiques, dont certains poussent également chez nous. Que planter et quels fruits conviennent le mieux? Notre guide des Fruits t'apporte les réponses. Tout d'abord, tous les fruits ne sont pas identiques, il existe quelques différences.

Fruits à pépins Pomme, poire Arbre
Fruits à noyau Cerise, pêche, abricot, quetsche, prune, mirabelle Arbre
Fruits à baies Framboise, mûre, groseille, groseille à maquereau, raisin, myrtille, physalis, kiwi, argousier, fraise Arbuste
Fruits exotiques Kiwi, figue Arbuste
Noix Noix, noisette, amande, châtaigne Arbre ou arbuste

Autogamie et allogamie – Qu'est-ce que cela signifie?

Sans fécondation, pas de fruits. Si tu veux récolter quelque chose, les fleurs de tes arbres fruitiers doivent être fécondées. Certaines plantes sont autogames et n'ont pas besoin d'autres plantes. La plupart des variétés de fruits sont cependant allogames. Elles sont dépendantes d'un type de pollinisateur pour que les fruits puissent se former.

Autogamie:
Les fleurs d'un même arbre se pollinisent entre elles. Un deuxième arbre n'est donc pas nécessaire dans le jardin. Ils sont néanmoins réceptifs au pollen d'autres arbres et tu peux améliorer ta récolte en plantant deux spécimens de la même variété.

Les plantes autogames les plus courantes sont: mirabelle, pêche, abricot, griotte, coing

Allogamie: Les pommes et les poires sont justement allogames. Ils dépendent du pollen d'autres spécimens. Les bourdons et les abeilles sont particulièrement importants pour leur pollinisation. Ils transportent le pollen d'une fleur à l'autre.
Les plantes allogames les plus courantes sont: pomme, poire, merise

Certaines variétés de fruits sont à la fois allogames et autogames. Il s'agit par exemple des quetsches et des griottes, des mirabelles et des reines-claudes.

Autogamie et allogamie

Les insectes, les ouvriers majeurs de la pollinisation

La faune adéquate dans ton jardin détermine en grande partie ta récolte. Sans les bourdons et les abeilles, les allogames ne peuvent pas être pollinisés du tout ou très peu et les autogames portent nettement moins de fruits.

L'anémogamie n'est pas déterminante pour les arbres fruitiers. Assure-toi donc d'offrir un habitat optimal à ces travailleurs dans ton jardin. Les bourdons et les abeilles sont particulièrement attirés par certaines plantes. Certaines fines herbes attirent les papillons dans le jardin. Fais en sorte également que ces insectes trouvent des refuges, comme des hôtels d'insectes ou du bois mort. L'utilisation de produits phytosanitaires doit également être envisagée avec précaution. Les abeilles sauvages en particulier peuvent réagir de manière très sensible. Ils peuvent éventuellement les faire fuir ou les tuer. D'une manière générale:

Plus les petites bêtes se sentent bien dans ton jardin, meilleure sera la récolte.

Quel arbre est adapté à mon jardin?

Comment pousse quel arbre et surtout lequel mettre dans mon jardin? Les fruits poussent différemment et les espèces peuvent varier au sein d'une même variété. C'est pour cela qu'il y a des petits et des grands pommiers. Alors, avant de te décider, tu dois te demander quel arbre convient le mieux à ton jardin.

  • Le buisson

    Le buisson

    • taille réduite – branches rarement plus hautes que 60 cm
    • taille maximale de trois à quatre mètres
    • récolte facile
    • récolte particulièrement bonne pour la plupart
    • doit être taillé régulièrement – important pour la récolte
    • si la couronne est trop grande, il existe un risque qu'il se renverse – poteau de soutien

  • Arbre fruitier en colonne

    Arbre fruitier en colonne

    • convient aux petits jardins ou aux balcons
    • pousse dans peu d'espace et droit vers le haut
    • a besoin de peu d'espace
    • hauteur maximale 2,5 m
    • convient bien comme haie
    • pas besoin de tuteur grâce à sa couronne réduite

  • Demi tige

    Demi-tige

    • convient aux grands jardins
    • couronne large
    • au moins 7 mètres d'espace par rapport aux autres arbres
    • atteint jusqu'à 12 m
    • ne porte en général des fruits qu'à partir de la quatrième année
    • récoltes très abondantes
    • peut vivre jusqu'à 100 ans

  • Haute tige

    Haute tige

    • a besoin de beaucoup d'espace
    • base de couronne de 1,80 jusqu'à 2,20 m.
    • couronne large
    • récoltes abondantes
    • convient aux grandes prairies ou encore aux pâturages avec des animaux (protéger le tronc contre les animaux)
    • installer trois tuteurs de 2,50 m pour qu'il pousse droit
    • peut vivre jusqu'à 100 ans

de

D'abord tailler puis planter

Avant de planter le nouvel arbre, tu dois effectuer une taille. C'est surtout important pour la vie future de l'arbre, en particulier pour les buissons, les hautes tiges et demi-tiges. Pourquoi tailler?

Si tu ne le tailles pas, l'arbre porte plus rapidement ses premiers fruits, mais il s'atrophiera et vieillira plus vite.

Tu dois faire pousser une pousse principale et 3 à 5 branches latérales fortes. Ce qui veut dire que tu enlèves d'autres grosses pousses latérales à la base de la pousse. Laisse les plus petites branches car elles assurent l'équilibre pendant la croissance et sont responsables de la formation des fruits.

Les pousses restantes sont raccourcies d'env. 1/3 afin que le dernier bourgeon soit dirigé vers l'extérieur.

Si cela te semble trop compliqué, tu peux également demander à un collaborateur lors de l'achat de l'arbre. Il peut te montrer directement sur l'arbre.

Bien planter les plantes fruitières!

Que ce soit dans un jardin ou sur un balcon – si tu veux récolter, tu dois non seulement prendre soin de tes plantes fruitières, mais aussi savoir où elles peuvent s'épanouir.

L'emplacement idéal

Let the sun shine! Le plus important pour les plantes fruitières est un emplacement ensoleillé. Ce n'est qu'avec suffisamment de soleil que les fruits mûrissent et deviennent bien sucrés. Si tu as un jardin particulièrement ombragé, tu dois choisir des hautes tiges, car ce sont ceux qui reçoivent le plus de lumière car ils poussent plus haut.

L'emplacement doit quand même être protégé. De mauvaises conditions climatiques telles que la pluie ou même la grêle peuvent endommager les fruits en train de mûrir et réduire la récolte. Une zone ensoleillée et protégée du jardin est donc optimale. Cependant, les variétés locales de pommes ou de poires en particulier sont également assez robustes et peuvent résister aux caprices habituels de la météo.

Le bon sol

Différents fruits, différentes exigences! On peut généralement dire que les plantes fruitières préfèrent un sol riche en nutriments et en humus. Si le sol est très caillouteux et ferme, il faut ajouter un mélange de sol perméable à l'eau et riche en nutriments dans le trou de plantation. Cela favorise la pousse. Tu peux aider l'apport en nutriments en ajoutant du fumier ou du compost deux fois par an.

Bien planter les plantes fruitières

Voilà comment bien planter

Le fruit est sélectionné et l'emplacement idéal déterminé! Alors, passons aux choses sérieuses! On va creuser. Pour les arbres fruitiers, tu dois faire attention à certaines choses:

  • Mettre l'arbre 1 à 2 heures dans l'eau pour que la motte de racines s'imprègne bien d'eau
  • Creuser le trou – il doit être au moins deux fois plus gros que la motte
  • Bien ameublir le fond du trou – éviter l'eau stagnante
  • Mélanger le sol excavé avec de la terre végétale de qualité et recouvrir le fond du trou
  • Profondeur de plantation: point de greffe à au moins 10 cm du sol – les gourmands sont à éviter
  • Remplir le trou avec la terre excavée enrichie – secouer l'arbre pour répartir la terre
  • Tasser le sol autour de l'arbre avec les pieds
  • Créer une cuvette d'arrosage
  • Arroser abondamment et en profondeur
  • Épandre du paillis autour de la plante – cela protège les racines de la lumière du soleil
  • Si nécessaire, poser un tapis de roseaux autour du tronc pour se protéger des animaux

Qu'est-ce que le point de greffe?

Le point de greffe est généralement reconnaissable par un bourrelet ou une petite déformation à l'extrémité inférieure du tronc! Important: ce point de greffe doit se situer au moins 10 cm au-dessus du sol. La greffe est importante pour la propagation des arbres.

Tuteurage des arbres fruitiers

Lorsque tu viens de planter un arbre, le tronc est encore mince et l'arbre n'est pas encore fermement enraciné. C'est pourquoi il est important d'installer un tuteur pour lui apporter de la stabilité. Cela l'empêche de se plier ou d'être déraciné par vent fort.

Place alors un poteau en bois à côté du tronc au moment de la plantation. Enfonce-le à au moins 30 cm dans le sol afin qu'il soit bien stable. Fais attention de ne pas endommager l'arbre. Tu peux aussi enfoncer le poteau avant l'arbre. Ainsi, il ne peut rien se passer.

Enfin, attache solidement l'arbre au poteau. Le mieux est d'utiliser de la ficelle en noix de coco – les ficelles en plastique ou en métal peuvent entailler l'écorce.

Tuteurage des arbres fruitiers

Le timing est primordial – quand dois-je planter?

Le moment idéal pour planter de nouveaux arbres fruitiers est l'automne avant les premières gelées. Cela permet à de nouvelles racines de se former pendant l'hiver et à l'arbre de bourgeonner plus tôt au printemps. Pendant l'été, il consommerait trop d'énergie pour les feuilles. Cela ne s'applique bien entendu qu'aux variétés de fruits résistant à l'hiver.

Plantes fruitières sur le balcon

Pas de jardin? Ça ne fait rien! Tu peux faire de ton balcon une petite plantation fruitière. Il existe désormais de nombreuses variétés de fruits qui ne grossissent pas trop et qui se plaisent en pot.

Les arbustes à baies conviennent particulièrement bien. Mais tu peux aussi faire pousser des pêchers nains, des nectariniers et de petits pommiers dans le jardin de balcon.

Cela dépend quand même des conditions. Si le balcon n'est pas ensoleillé, la récolte ne sera pas particulièrement bonne. Et tu dois porter une attention particulière à la richesse du sol dans le bac et à l'apport d'éléments nutritifs grâce à un engrais approprié.

De la taille du bac dépend le succès de ton projet de fruits. Il doit mesurer au moins 20 cm de diamètre et avoir une contenance de 50 litres.

Mais tous les bacs ne conviennent pas. Les pots en terre cuite non émaillée laissent s'évaporer une grande quantité d'humidité inutilisée, tandis que les pots particulièrement foncés chauffent fortement et peuvent endommager les racines.

Et toujours bien arroser! Les plantes ont besoin de beaucoup d'eau lorsqu'elles portent des fruits. Le mieux est d'arroser le matin, le liquide pouvant être utilisé immédiatement. Si l'arrosage est effectué le soir, alors les plantes restent longtemps au contact de l'eau et des champignons peuvent se former.

Comme tu ne disposes probablement que de peu de place sur le balcon, il est conseillé de choisir une variété autogame afin d'être certain de pouvoir récolter quelque chose.

Plantes fruitières sur le balcon

Le temps haut en couleurs de la récolte

Si tu disposes d'une grande diversité de fruits dans ton jardin, tu pourras peut-être en récolter toute l'année. Les différentes baies mûrissent entre mai et septembre. Tu dois te tenir prêt!

Réfléchis à l'avance à ce que tu veux faire des fruits de ton propre jardin. Laisse libre cours à ton imagination et fais des gâteaux, des confitures ou des glaces. Tu peux congeler ou faire des conserves avec le surplus. Cela peut sembler un peu démodé, mais c'est une excellente façon de profiter de ta propre culture tout au long de l'année.

De plus, tu économises de l'argent, car tu n'as pas besoin d'aller au supermarché pour acheter des conserves en hiver quand tu as besoin de fruits dont ce n'est pas la saison. Tu peux d'ailleurs confectionner de super cadeaux provenant de ton propre jardin.

Pomme

Mettre en cave – ce que les grands-mères savaient déjà!

L'automne est le mois des pommes et des poires. Lorsqu'un arbre porte beaucoup de fruits, tous ne peuvent être consommés en peu de temps. Pense à la façon dont ta grand-mère entreposait les choses en cave auparavant. Tu profites ainsi de ta récolte toute l'année et tu économises en plus de l'argent. Voici comment faire :

  • Laisse les pommes réchauffées par le soleil se rafraîchir.
  • Recherche un emplacement dans la cave où il fait le plus frais possible (dans l'idéal entre 1 et 3 °C mais sans gel). Les grilles en bois conviennent parfaitement.
  • Pose une couche de papier journal et étale les pommes en laissant un intervalle entre elles (les tiges restent en place et la fleur pointe vers le haut).
  • Recouvrir de papier journal et poser une autre couche de pommes dessus si nécessaire.
  • Recouvrir à nouveau la dernière couche avec du papier.
  • Une fois par semaine, contrôler si des fruits abîmés se trouvent dans les différentes couches et les retirer.
  • Important! Aucun autre fruit ou légume ne doit être stocké près des pommes, car ils s'abîmeraient vite.

Mettre en cave

Conseil – utiliser les pommes

Tu peux aussi utiliser toutes les pommes en une seule fois. Le plus simple est de préparer du jus de pommes. Recherche une association ou un horticulteur près de chez toi qui possède un pressoir. Tu peux ainsi presser ta récolte de pommes et la mettre en bouteille.

Il existe de nombreuses différentes variétés de pommes. Toutes ne conviennent pas au stockage ou au pressoir. Certaines sont aussi trop acides pour être consommées à l'état brut. Réfléchis à ce que tu veux faire de tes pommes lors du choix de l'arbre et vois quelle variété convient.

Propagation par greffage

Tu peux aussi greffer ton arbre. La méthode la plus simple est probablement la copulation. Elle s'effectue en hiver et au début du printemps. Mais attention! Le greffage des arbres exige beaucoup de savoir-faire et d'expérience en jardinage. Les débutants les plus inexpérimentés ne doivent pas se risquer dans ce projet.

  • Pour une greffe réussie, tu as tout d'abord besoin d'un porte-greffe. Il s'agit d'un jeune plant par ex. un pommier.
  • Le jeune plant deviendra les racines du futur pommier.
  • Pour la copulation, tu coupes une pousse saine de l'année du pommier que tu veux multiplier.
  • De sa partie centrale, tu enlèves un morceau qui a la longueur d'un doigt et l'épaisseur d'un crayon. Il doit avoir au moins quatre bourgeons. Il s'agit du greffon d'où la tige et la couronne se formeront plus tard.
  • Raccourcis le porte-greffe, c'est à dire le jeune plant, à la longueur souhaitée. Si tu veux une tige haute, raccourcis sous la couronne.
  • C'est le moment de la coupe de copulation: effectue une coupe en biais bien nette de trois à six centimètres à la fois sur le greffon et sur le porte-greffe, qui doit être faite en face d'un œil.
  • Les deux surfaces de coupe doivent s'emboîter de la meilleure façon possible.
  • Le greffon et le porte-greffe sont maintenant assemblés. Attention! Tu ne dois pas toucher les surfaces de coupe avec les doigts.
  • Attache le point de greffe avec du raphia et applique du mastic à greffer dessus. L'extrémité du greffon est également enduite de mastic à greffer.
  • Tu peux désormais planter ton nouvel arbre. De préférence dans un emplacement abrité. S'il bourgeonne au printemps suivant, alors la greffe a fonctionné!

Propagation par greffage

Les sujets qui peuvent également t'intéresser