0 Liste de favoris 0 Panier
Hornbach Biel/Bienne Horaires d'ouverture
Längfeldweg 140
2504 Biel/Bienne

bestellservice-biel@hornbach.com
+41 32 476 10 00
lun. - mer.: 07:00 - 19:30 h
jeu.: 07:00 - 20:00 h
ven.: 07:00 - 21:00 h
sam.: 07:00 - 17:00 h
Vous avez imprimé cette information en date du 02.12.22 à 08:13 heures. Veuillez noter quen raison des prix sur le marché mondial et des réactions à court terme, les prix peuvent changer à tout moment et peuvent donc être différents de ceux figurant sur votre impression. Nous vous remercions pour votre compréhension.

Au commencement était l'abeille! L'histoire des orchidées a effectivement débuté il y a environ 80 millions d'années. Des chercheurs américains doivent cette découverte à un fossile rare, une abeille piégée dans une ambre datant de l'époque du Miocène au dos de laquelle des grains de pollen d'orchidée se sont collés.

Toutefois, ce n'est que depuis environ un peu plus de 2500 ans que les orchidées fascinent les êtres humains en tant que remède et comme aphrodisiaque. Les premières représentations d'orchidées ont été trouvées en Chine et datent d'env. 500 ans avant JC.
Le philosophe chinois Confucius écrivait au sujet du parfum de cette plante et utilisait même le signe «lán», associé à la grâce, l'amour, la pureté, l'élégance et la beauté.

Au 16ème siècle, les premières orchidées furent envoyées par bateau d'Amérique du Sud vers L'Europe. Au milieu du 18e siècle, les orchidées connurent un essor fulgurant, en particulier chez les nobles fortunés. A la fin du 18ème siècle, on commença alors à cultiver les orchidées de façon professionnelle.

Entretemps, l'orchidée est la famille de plantes la plus importante au monde avec env. 40 000 variétés et 70 000 cultures dans le monde. Et de nouvelles variétés sont constamment découvertes et chaque année des centaines de variétés cultivées voient le jour.

Nous te montrons dans notre guide comment bien entretenir cette princesse végétale.

Arroser les orchidées

Arroser les orchidées

Un point important pour l'entretien des orchidées est la qualité de l'eau. Dans leur milieu d'origine, les orchidées vivent d'eau de pluie. Celle-ci contient de très faibles quantités de sel. Selon les régions, l'eau pompée par les usines contient donc des teneurs en sel différentes, désignés de façon générale par le terme de calcaire. L'ennemi n°1 des orchidées est la pourriture qui peut entrainer la mort de la plante après quelques semaines.

De nombreuses orchidées cultivées sur le rebord de la fenêtre connaissent ce sort de façon plus ou moins rapide et ce pour une seule raison: elles sont littéralement noyées. Plus n'est pas toujours synonyme de mieux.

Certaines orchidées sont certes originaires de la forêt tropicale, mais elles vivent la plupart du temps sur les arbres. Suspendues dans ces arbres, elles sèchent rapidement après la pluie.

Avec un pot de taille moyenne, il suffit d'arroser une fois par semaine en hiver. La fréquence d'arrosage d'une orchidée dépend de la taille du pot et bien sûr du type d'orchidée.

Voici quelques astuces d'arrosage pour lesquelles ton orchidée te remerciera:

  • Si l'orchidée est soulevée brièvement et que la plante semble exceptionnellement légère, il faut l'arroser. Si le pot est encore lourd, l'arrosage peut attendre.
  • Si l'orchidée grandit, elle a besoin de plus d'eau; si elle semble être en pause, limiter l'arrosage.
  • Quand arroser et comment le faire bien? L'excédent d'eau doit s'écouler du pot par le bas.
De nombreux experts en orchidées recommandent de tremper les racines et justifient cela avec leur origine naturelle.
  • Les pots dans lesquels sont vendues les orchidées ont généralement un trou au fond par lequel l'eau peut justement s'écouler. Si l'on place la plante dans un cache-pot, il est préférable de l'enlever du cache-pot pour l'arroser. Cela évite que l'excédent d'eau s'accumule dans le cache-pot et noie l'orchidée.
  • Par ailleurs, il est utile de placer une couche de 2 à 3 cm de billes d'argile ou de gravier au fond du cache-pot. L'excédent d'eau qui s'écoule du pot sera ensuite absorbé par cette couche. L'eau stagnante est mortelle!
  • Pour arroser, il est préférable d'utiliser de l'eau de pluie non polluée. Mais les orchidées hybrides robustes (croisements) destinées aux débutants supportent aussi l'eau du robinet, au mieux après un repos.
  • Tu feras une faveur toute particulière à tes orchidées si tu les arroses avec de l'eau que tu auras préalablement filtrée pour la rendre moins dure.
  • L'eau utilisée doit être à température ambiante.
  • Après l'arrosage, il ne doit jamais y avoir de gouttes d'eau qui restent sur la plante car cela conduit rapidement à la formation de champignons qui se manifestent par l'apparition de taches sur les feuilles.

Arroser ou tremper les orchidées?

L'arrosage par trempage est recommandé. Les experts le justifient avec l'origine naturelle des plantes. Les orchidées proviennent des forêts tropicales. Beaucoup vivent comme des plantes épiphytes sur d'autres plantes ou arbres. Puisqu'elles ne se nourrissent pas de leur plante hôte, elles dépendent de l'eau de pluie.

Les racines des orchidées doivent agir rapidement et absorber abondamment l'eau pendant la saison des pluies car il y a souvent peu d'eau disponible par la suite. Les orchidées sont capables d'absorber l'eau dont elles ont besoin pour les jours à venir dans un temps relativement court.

La méthode de trempage reproduit les conditions naturelles des orchidées. Lorsque la plante est placée dans un bassin rempli d'eau, les racines commencent à absorber de l'eau. Tu peux les retirer après une demi-heure environ. Les racines alors grises se réhydratent et redeviennent vertes.

Il est important que l'eau puisse se retirer complètement après un trempage, comme ce serait le cas sur un arbre. Ce n'est que lorsque le substrat de l'orchidée a séché après 1-2 semaines que le prochain arrosage par trempage est prévu. Entre-temps, il suffit de vaporiser les feuilles et les racines aériennes avec de l'eau pour imiter l'humidité élevée de la forêt tropicale.

L'hygrométrie idéale pour les orchidées

Les orchidées ont la possibilité d'absorber l'eau contenue dans l'air par leurs racines aériennes. L'humidité de l'air est également importante pour les feuilles qui doivent évaporer moins d'eau lorsque les températures sont élevées que lorsque l'air est sec. Si l'air est trop sec, les feuilles laissent évaporer trop d'eau dans l'environnement. Elles sèchent parce qu'il n'y a pas suffisamment d'apport en eau.

Mais une humidité de l'air trop importante peut aussi causer des problèmes. Les champignons et bactéries se développent rapidement dans un tel climat et ils peuvent porter atteinte à la plante. Si l'humidité de l'air est trop importante, certains processus métaboliques ne sont plus possibles dans la plante.
L'humidité de l'air à proximité des plantes ne doit durablement pas être inférieure à 40 % ni supérieure à 80 %.
De nombreuses orchidées épiphytes sont originaires de régions tropicales ou subtropicales dans lesquelles l'humidité de l'air y compris pendant les période dites de «sécheresse» est souvent supérieure à celle de nos habitations d'Europe centrale.

C'est pourquoi ces orchidées sont stressées par cet air trop sec; en effet, elles doivent traiter par leur racines plus d'eau que ce que celles-ci peuvent absorber car les feuilles évaporent «trop» d'eau.

Étant donné que les champignons et bactéries peuvent devenir actifs en cas de forte humidité de l'air, le mouvement de l'air doit toujours être suffisant. Ceci peut être rendu possible par l'utilisation d'un ventilateur adapté à la pièce de culture, ventilateur qui peut aussi fonctionner 24h/24h.

L'humidité de l'air peut être mesurée grâce à un hygromètre. Celui-ci doit être suspendu près des plantes mais il ne doit jamais être pulvérisé ni recevoir de l'eau d'arrosage. Cela fausserait considérablement et immédiatement les valeurs de mesure.

Si l'air est trop humide, le fait d'aérer beaucoup peut permettre de réduire légèrement cette humidité. Il est plus difficile d'augmenter l'humidité de l'air lorsque les valeurs sont trop faibles.

Les mesures suivantes peuvent aider:

Le fait de pulvériser les plantes est une aide simple et rapide. Cependant, en hiver, du fait des températures basses et du manque de lumière, cela peut créer un risque de pourriture. C'est pourquoi les plantes ne doivent être pulvérisées que le matin. Attention aux fines gouttelettes de la brume.

Place des bols à eau, par exemple remplis de billes d'argile, pour augmenter la surface. Cela permet de restituer plus d'eau dans l'environnement. Les coupelles doivent être nettoyées régulièrement ou s'assécher rapidement afin d'empêcher la prolifération de bactéries. Ces coupelles permettent d'entretenir un climat favorable mais elles n'augmentent que très faiblement l'humidité de l'air.

Les orchidées ayant des besoins spécifiques en terme d'humidité peuvent être cultivées sur le bord de la fenêtre dans un aquarium ouvert. Verser dans le fond de l'aquarium une couche de billes d'argile d'env. 8 cm d'épaisseur. Celle-ci absorbera l'eau sans que les pots aient «les pieds mouillés». L'eau s'évapore, créant un microclimat humide. L'aquarium ne doit pas être couvert pour que les orchidées aient suffisamment d'air frais. Un aquarium augmente jusqu'à 20 % l'humidité de l'air à proximité des orchidées.

Une méthode particulièrement efficace pour augmenter l'humidité de l'air est l'utilisation d'un humidificateur d'air électronique. Les modèles les plus adaptés sont ceux qui pulvérisent l'eau au moyen d'ultrasons avant de la répartir dans la pièce à l'aide d'un ventilateur.

Qu'est-ce-que l'hygrométrie?

L'air qui nous entoure contient toujours une certaine quantité d'eau; c'est ce que l'on appelle l'humidité de l'air. Elle est indiquée en pourcentage. Dans l'air, seule une certaine quantité d'eau peut se dissoudre. Lorsque cette quantité est atteinte, on parle de 100 % d'humidité relative de l'air. Si l'humidité relative de l'air n'est que de 60 %, cela signifie que l'air pourrait encore absorber 40 % d'eau.

L'humidité de l'air dépend de la température; en effet, lorsque les températures sont élevées, la quantité d'eau qui peut se dissoudre dans l'air est plus importante qu'à des températures faibles. C'est pourquoi en hiver, l'humidité de l'air est souvent faible dans nos habitations.

Du fait des températures basses, l'air froid qui pénètre dans nos habitations depuis l'extérieur ne contient que peu d'eau. Dans la pièce, l'air se réchauffe rapidement du fait du chauffage. Désormais, l'air pourrait absorber beaucoup plus d'eau mais celle-ci n'est pas disponible immédiatement et l'humidité de l'air baisse.

Fertiliser correctement des orchidées

Les orchidées sont de véritables artistes de la faim car elles reçoivent certes plus de lumière lorsqu'elles sont situées à la cime des arbres de la forêt vierge que lorsqu'elles sont sur le sol mais l'offre de nourriture y est très faible. Ce n'est donc pas une bonne idée de le fertiliser fortement une fois par semaine. Les racines sont très sensibles au sel et meurent en cas d'apport trop important d'engrais.
Si une nouvelle feuille ou une nouvelle pousse est en train de se développer, il faut fertiliser. Si l'orchidée n'est pas en train de pousser, pas besoin de fertiliser.

Étant donné que la plupart des orchidées connaissent une phase de croissance du printemps jusqu'à l'automne, à cette période, il est conseillé de fertiliser toutes les 2 à 4 semaines. Dans tous les cas, entre les apports d'engrais, il convient d'arroser toujours avec de l'eau pure pour rincer les restes de sel. En hiver, espacer les apports d'engrais.

Le mieux est d'utiliser un engrais pour orchidées. De par leur composition en nutriments, les engrais pour orchidées sont spécialement adaptés aux besoins de ces plantes et sont plus dilués que d'autres engrais. Ne jamais dépasser la concentration figurant sur l'emballage; il est même conseillé de fertiliser en divisant la concentration par deux.

De quels nutriments les orchidées ont-elles besoin?

  • L'azote pour la croissance des feuilles et rameaux. On reconnaît un manque d'azote aux petites feuilles jaunes; à l'inverse, un apport trop important en azote fait que la plante a un tissu végétal mou.
  • Le phosphore pour la croissance des racine et fleurs. Le manque de phosphore se reconnaît à la coloration rouge des feuilles, surtout sur la partie inférieure.
  • Le calcium stimule la croissance: le calcium permet à la plante d'absorber et d'exploiter d'autres oligoéléments importants. Elle favorise également la prolifération cellulaire et donc la croissance des racines.
  • POTASSIUM augmente la résistance. Le potassium stimule les processus métaboliques de l'orchidée, ce qui augmente sa résistance. En cas de manque de potassium, le tissu végétal est mou et la croissance peut être stoppée.
  • MAGNÉSIUM stimule le métabolisme. En cas de manque de magnésium, les feuilles restent vert clair.

Rempotage des orchidées

C'est le moment! Le pot devient petit à petit trop étroit. Que faire maintenant? Lorsque les racines ont poussé en dehors du pot, l'orchidée doit être rempotée. Pour la plupart des orchidées, le printemps est la meilleure période pour le rempotage.

Voici quelques instructions pour le rempotage des orchidées.

Calendrier d'entretien pour les orchidées

  • Du fait de l'obscurité et des températures basses, la plupart des orchidées sont au repos ou fleurissent même ce mois-ci. De ce fait, elles ne doivent être fertilisées au maximum qu'une fois dans le mois; de même, les apports d'eau doivent être adaptés aux températures basses et à la variété d'orchidée.
  • Ne pas arroser ni fertiliser les orchidées ayant un temps de repos très marqué (p. ex. le Dendrobium nobile). A cette période sombre, éviter de vaporiser les orchidées car cela peut facilement conduire au pourrissement. Il est donc conseillé d'augmenter l'humidité de l'air à l'aide de coupelles placées sur le bord de la fenêtre ou à l'aide d'humidificateurs d'air.
  • Malgré le froid, ne pas hésiter à aérer régulièrement pour éviter la propagation de champignons et bactéries. Pendant ce mois très froid, les températures nocturnes à proximité des orchidées doivent être observées avec attention.

  • La période principale de floraison des orchidées se poursuit également pendant ce mois. D'un point de vue climatique, ce mois est relativement semblable au mois de janvier et les mesures de précaution décrites s'appliquent de la même manière.
  • A la fin du mois, l'ensoleillement redevient plus important, les jours rallongent et certaines orchidées en profitent pour débuter leur croissance. Dans ce cas, les apports d'eau et d'engrais doivent être augmentés progressivement.
  • Il est bon de profiter du beau temps pour aérer car il s'agit là de la meilleure protection contre les bactéries, les champignons et autres parasites.
  • L'eau utilisée pour l'arrosage doit être au moins à température ambiante mais les orchidées supportent également très bien de l'eau tiède.
  • Les orchidées ayant déjà démarré leur croissance pendant l'hiver peuvent souvent être déjà rempotées à la fin du mois si cela est nécessaire.

  • Pour la plupart des orchidées, c'est la période de début de croissance et le besoin en nutriments augmente donc en conséquence.
  • La quantité d'eau utilisée pour l'arrosage doit être augmentée petit à petit et doit être enrichie toutes les 2 à 3 semaines d'une faible concentration d'engrais.
  • Les orchidées en fleurs mais qui continuent leur croissance peuvent maintenant être rempotées.
  • On reconnaît la croissance aux racines. Il est recommandé d'habituer lentement les orchidées au soleil au début du printemps et de ne pas les exposer directement à la lumière du soleil.
  • Du fait du manque de lumière en hiver, les orchidées sont affaiblies et donc très sensibles aux Tétranyques et insectes suceurs qui redeviennent actifs au printemps.
  • Par ailleurs, il s'agit de la meilleure période pour séparer d'éventuels rejets (p. ex. sur des Phalaenopsis) de la plante mère pour les replanter.
  • D'une façon générale, le printemps est une période riche en activités pour ceux qui aiment les orchidées.

  • Les orchidées qui fleurissent au printemps sont en pleine floraison, les autres orchidées en pleine croissance. Si des pousses annuelles de ces orchidées mesurent environ 1/4 des anciennes pousses, celles-ci peuvent être rempotées mais là aussi, la croissance des racines est décisive pour le succès de l'opération.
  • Les plantes doivent être arrosées abondamment la veille; après le rempotage, il est impératif d'interrompre l'arrosage pendant 3 ou 5 jours afin de prévenir la pourriture dans la zone des racines.
  • Toutes les orchidées peuvent être légèrement vaporisées le matin.
  • Les orchidées sensibles au soleil comme p. ex. les Phalaenopsis doivent impérativement être protégées du soleil en milieu de journée.
  • Éviter de déplacer chaque semaine les orchidées mais on peut toutefois les changer de place deux fois par an.
  • Tu peux également augmenter les doses d'engrais quand la plante pousse. Pour les orchidées particulièrement sensibles au sel, les doses d'engrais pour orchidées doivent être divisées par deux par rapport aux indications figurant sur l'emballage.

  • Après l'hiver, de nombreuses orchidées rêvent d'un séjour en plein air. Cela peut être un balcon clair mais également un emplacement abrité dans le jardin (p. ex. dans un arbre fruitier). L'emplacement idéal est un lieu offrant un air humide.
  • Seules les variétés suivantes peuvent être décrites comme «casanières» et ne doivent pas être cultivées en plein air: Aerangis, Angraecum, Bulbophyllum, Dendrobium phalaenopsis, Doritis, Dracula, Paphiopedilum (seulement les variétés à feuillage tacheté), Phalaenopsis.
  • Même au mois de mai, penser à habituer lentement les plantes le matin et le soir à l'ensoleillement direct, faute de quoi elles risquent de subir de légères brûlures.

Pendant ces deux mois, les trois mesures d'entretien les plus importantes sont:

  • Aérer
  • Arroser
  • Fertiliser
  • En juin et juillet, les températures peuvent atteindre des valeurs trop chaudes pour les orchidées, c'est pourquoi il est conseillé d'aérer intensément. Les orchidées de serre froide, comme les Coelogyne cristata doivent être placées dans un endroit frais (jardin ou chambre) mais pour toutes les autres orchidées, l'air frais est un facteur important de bonne santé.
  • Les plantes qui restent dehors doivent être inspectées pour vérifier qu'elles n'ont pas de pucerons, limaces, cochenilles et autres parasites qui sont leurs principaux ennemis à cette période. Même sur le rebord des fenêtres, il faut veiller aux Tétranyques, Thrips et cochenilles.
  • Toutes les orchidées ont besoin de beaucoup d'eau mais celle-ci doit pouvoir s'écouler immédiatement. Veiller aussi à fertiliser régulièrement.
  • En été, les plantes peuvent être légèrement vaporisées une fois par jour. Le meilleur moment pour cela est le matin car en milieu de journée, cela risque de causer facilement des brûlures sur les feuilles. En cas de soleil direct, penser également à protéger les plantes.

  • Le plein été et donc la période la plus chaude de l'année a commencé. Si tu n'as pas la possibilité de cultiver en plein air des orchidées nécessitant des températures fraîches, celles-ci doivent être placées aussi souvent que possible (y compris la nuit) près d'une fenêtre ouverte. Les variétés d'Odontoglossum p. ex. stoppent leur croissance en cas de températures trop élevées.
  • Les apports d'eau et d'engrais doivent être au plus haut niveau tout comme lors des deux mois précédents.
  • Lors des orages qui sont de plus en plus fréquents, des mesures de protection particulières doivent être prises pour les orchidées placées en extérieur afin d'éviter que les plantes soient abimées.
  • D'une façon générale, les mois d'été représentent une période où les fleurs sont rares.

  • Étant donné que les nuits deviennent fraîches, mi-septembre, il est temps de rentrer les orchidées sensibles dans une serre ou sur le rebord de la fenêtre. Les orchidées devant être cultivées au frais (p. ex. de nombreuses variétés de Masdevallia, Dendrobium nobile), peuvent encore rester dehors ce mois-ci à condition qu'il ne gèle pas la nuit.
  • Avant de rentrer à la maison avec l'orchidée, vérifie si les feuilles et les racines de la plante sont infestées de parasites. De nombreux parasites qui se placent sur la motte du pot apparaissent lorsque l'on arrose la plante. Si tu trouves des parasites, traite la plante en conséquence. Ne place pas l'orchidée infectée près des autres orchidées afin d'éviter une «contamination».
  • Les orchidées nécessitant beaucoup de soleil comme les Vanda ou les Cattleya peuvent bénéficier à nouveau du plein soleil à partir de mi-septembre; pour ces espèces, le soleil ne risque plus de les abimer.
  • Le début de l'automne offre encore une fois la possibilité de rempoter certaines orchidées. La période sans fleurs est passée, avec la baisse des températures, certaines variétés recommencent à fleurir.
  • Dès la fin du mois, les apports en engrais et en eau doivent être réduits pour la plupart des orchidées.
  • Les orchidées ayant une phase de repos marquée p. ex. les Dendrobium nobile ne doivent plus recevoir d'engrais du tout lorsque la croissance est terminée.

  • Au plus tard fin octobre, les orchidées pouvant être cultivées au frais doivent être rentrées elles aussi.
  • Étant donné que la plante se prépare à fleurir et du fait de la baisse de luminosité, il peut arriver que les anciennes feuilles deviennent jaunes et tombent.
  • Si tu as protégé tes orchidées du trop fort ensoleillement en été, tu peux sans souci les exposer au plein soleil à cette période de l'année.
  • En les changeant d'emplacement 1 à 2 fois par an, le manque de lumière des saisons à venir pourra être compensé.
  • Adapter les apports d'engrais et d'eau à la baisse des températures.

  • Pour de nombreuses orchidées commence maintenant la période de repos. Pour les orchidées ayant une période de repos, réduire encore les apports d'eau et d'engrais. Moins l'orchidée montre de signes de croissance et moins elle en a besoin.
  • Les orchidées sans temps de repos (p. ex. les Phalaenopsis) doivent être conservées au chaud et ont bien sûr besoin de plus d'eau.
  • Lorsque l'on met en route le chauffage, l'humidité de l'air doit être augmentée et il faut être plus vigilant aux Tétranyques. Profiter des rares journées ensoleillées pour aérer.
  • Ce mois est également le bon moment pour changer les billes d'argiles, enlever les mauvaises herbes et effectuer des travaux de nettoyage.
  • Afin de profiter de façon optimale du peu de lumière qui s'offrira pendant les mois à venir, nettoyer aussi les vitres.
  • Mais les opérations de rempotage doivent attendre le printemps sauf cas de force majeure (p. ex. présence de parasites dans le pot).

  • En décembre, de nombreuses orchidées te remercient de tes bons soins en t'offrant beaucoup de fleurs. Mais c'est également le mois le plus problématique en terme de lumière. En particulier les orchidées nécessitant beaucoup de lumière doivent précisément être placées en pleine lumière.
  • Si elles manquent de lumière, certaines orchidées perdent leurs fleurs avant de monter. Le remède: un emplacement plus ensoleillé ou de la lumière artificielle.
  • Les plantes qui sont en période de repos ne doivent recevoir que peu d'eau et aucun engrais. C'est surtout l'humidité de l'air qui doit être particulièrement contrôlée et qui peut être augmentée par un humidificateur d'air ou des coupelles remplies d'eau.

Astuces spéciales d'entretien pour certaines variétés d'orchidées

Genre Emplacement Arrosage/Fertilisation Floraison
Cymbidium Emplacement très clair, pas d'ensoleillement direct. Arroser abondamment lors de la croissance, en hiver adapter en fonction des températures (mais ne jamais laisser sécher). En période de croissance, fertiliser tous les 15 jours - en hiver toutes les 4 à 6 semaines. De l'automne au printemps
Oncidium Emplacement très clair, pas d'ensoleillement direct (fenêtre claire orientée à l'Ouest ou à l'Est). Arroser abondamment - mais éviter l'eau stagnante. Lors de la croissance, fertiliser tous les 3 arrosages, en hiver seulement 3 fois au total. Au printemps, en été, en automne ou en hiver selon les variétés.
Vanda Emplacement très clair. D'août à juin, possibilité d'ensoleillement direct. Placer légèrement à l'ombre en plein été. Il est possible de mettre la plante en plein air. Vaporiser 1 x par jour + 1 x par semaine immerger les racines. En été, fertiliser toutes les 1 à 2 semaines, en hiver toutes les 3 à 4 semaines. Au moins au printemps et en automne (hybrides toute l'année)
Vuylstekeara Emplacement sans ensoleillement direct Arroser et vaporiser abondamment en été. En hiver, toujours laisser sécher le composant végétal entre les arrosages. Fertiliser 1 à 2 fois par mois. Automne et hiver
phalaenopsis emplacement clair, pas d'ensoleillement direct! Également adapté à une fenêtre claire orientée au Nord. Il n'est pas conseillé de mettre la plante en plein air. Arroser régulièrement, ne jamais laisser entièrement sécher, éviter l'eau stagnante. Fertiliser abondamment toute l'année. De l'automne au printemps
Dendrobium Emplacement clair, pas d'ensoleillement direct en milieu de journée. Arroser abondamment pendant la croissance, éviter l'eau stagnante. En hiver, presque pas d'arrosage. Pendant la croissance, fertiliser tous les 3 arrosages, en hiver pas du tout. De l'hiver jusqu'au printemps
Zygopetalum Toute l'année dans un emplacement clair sans ensoleillement direct! Du fait du faible besoin de lumière, adapté à une fenêtre claire orientée au Nord, à l'Est ou à l'Ouest. Peut rester en plein air (emplacement semi-ombragé) entre juin et septembre. Toujours garder humide mais éviter l'eau stagnante. Fertiliser tous les 15 jours lors de la croissance. La plupart des variétés fleurissent en automne et en hiver.
Miltonia Emplacement clair, pas d'ensoleillement direct. (fenêtres exposées à l'Est et à l'Ouest) Arroser régulièrement, ne jamais laisser entièrement sécher, éviter l'eau stagnante. Fertiliser toutes les 3 à 4 semaines (double dose par rapport aux indications), ne pas fertiliser en hiver. Printemps et automne
Paphiopedilum (Sabot de Vénus) Selon la variété: variétés aux feuillage tacheté et à plusieurs fleurs: clair, pas d'ensoleillement direct.
Variétés à feuilles vertes: ombragé (fenêtre orientée au Nord)
Arroser abondamment et laisser égoutter (maintenir le sol humide). Fertiliser toute l'année, en été tous les 3 arrosages, en hiver 1x par mois. Automne et printemps

Maladies et parasites des orchidées

Si tu peux répondre par «Oui» aux questions suivantes, il est peu probable que ton orchidée soit malade ou soit victime d'une attaque de parasites:

  • L'inflorescence est typique de la plante (droite, en surplomb ou retombante) sans plis ni cassures?
  • Les anciennes fleurs sont de la même taille, les pétales sont dans le bon ordre, il y a le bon nombre de pétales et ils ne sont pas déformés?
  • Les feuilles sont vigoureuses et de couleur uniforme, sans croissance en accordéon ni déformation apparemment malsaine?
  • La plante n'a pas de bandes ni de taches brunes ou jaunâtres irrégulières?
  • Les nouveaux pseudo-bulbes sont de la taille des anciens voire plus gros?
  • Les bractées sont saines et vertes ou, si elles sont mortes, elles ne présentent pas de traces de parasites?
  • Les racines sont brillantes argentées et si elles sont en pleine croissance elles ont une pointe verte?
  • La motte de racines est bien enracinée, le tissu végétal n'est pas déchiré et ne sent pas le moisi?

Certains de ces points s'appliquent à ta plante? Peut-être tu as commis une erreur lors de la culture ou ta plante est malade.

Tu trouveras ci-après des informations au sujet des maladies, des parasites animaux et des erreurs de culture les plus fréquentes ainsi que leurs répercussions.

Les causes les plus fréquentes de problèmes liés aux bactéries, champignons et virus sont des infections par des insectes parasites, des blessures de la plante ou des opérations réalisées avec des ustensiles non stériles en lien avec des conditions de culture non optimales.

Des conditions de culture optimales sont la meilleure protection contre ce type de maladies. Une fois que les plantes sont atteintes, il n'existe souvent pas de remède.

Maladies virales

Des plantes saines peuvent porter en elles ces virus sans qu'il y ait de signes extérieurs (comme le virus du rhume chez les humains). Il n'y a aucun remède connu contre les virus. On doit détruire la plante. La plante malade ne doit d'ailleurs pas être mise au compost mais dans les ordures ménagères afin d'éviter de propager la maladie.

Maladies fongiques

Les raisons de leur propagation sont une culture trop humide et un manque d'échange d'air et d'air frais.

Remèdes: dans le cas d'affection limitée, enlever les parties de la plante contaminées, utiliser un fongicide et améliorer les conditions de culture.

Bactéries

Elles apparaissent toujours lorsque de l'eau stagne pendant longtemps sur les feuilles ou à l'aisselle des feuilles. Le tissu devient spongieux et vitreux et prend le plus souvent une teinte noire brunâtre.

Les parasites animaux peuvent être divisés en 3 groupes:

  • Groupe 1: Les isopodes, poissons d'argent et vers ronds vivent dans et par le tissu végétal sans porter atteinte à la plante. On peut s'en débarrasser en arrosant moins la plante et en collectant les insectes.
  • Groupe 2: Les limaces et autres prédateurs mangent des parties de la plante ou des plantes entières. Le remède le plus efficace consiste à prévenir et à les collecter.
  • Groupe 3: Les parasites suceurs sont ceux qui causent les dégâts les plus importants. On compte notamment parmi eux les pucerons. Ceux-ci se multiplient rapidement et peuvent causer de gros dégâts.
Remède: utiliser un insecticide et doucher les plantes. L'endroit préféré des cochenilles se situe sous les feuilles. A l'aide d'un coton-tige, appliquer de l'huile alimentaire pour étouffer les cochenilles. N'enlever en aucun cas les cochenilles avec les doigts car cela propage les jeunes insectes et les larves sur l'ensemble de la surface de la feuille!

Lumière

  • Trop clair: feuilles jaunes pâle ou brun rougeâtre (pigments protecteurs), «coup de soleil» (surfaces brunes mortes).
  • Trop sombre: feuilles vert foncé, l'ensemble de la plante est flasque, sans vigueur, croissance souvent déformée.
Température
  • Trop froid: pas ou peu de croissance, les nouvelles pousses ou les nouvelles feuilles restent petites, pas de fleurs.
  • Trop chaud: feuilles flasques, parfois vert pâle, pas de bonne croissance.
L’eau
  • Pas assez: feuilles flétries ou sèches, parfois croissance des feuilles en accordéon, motte de racines trop légère et trop sèche.
  • Trop: racines abimées, tissu végétal décomposé, odeur de pourri, feuilles flasques et creuses.
Fertilisation
  • Pas assez: faible croissance de la plante, couleur des feuilles malsaine, pas de fleurs.
  • Trop: racines abimées, donc souvent des feuilles flasques, creuses, pointe des feuilles marron.
Humidité de l'air
  • Trop faible: croissance des feuilles «en accordéon», déformation de croissance sur les feuilles et les bulbes, bractées collées, pousses qui restent coincées, gouttes collantes sur le bord des feuilles et des pédoncules.
  • Trop élevée: feuilles flasques sans vigueur, souvent des taches sur les feuilles et les bulbes du fait d'une infection fongique.

Les sujets qui peuvent également t'intéresser

Vers le haut

HORNBACH utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. Obtenir plus d'informations

x
HORNBACH